Actualités et presse

Le journal Les Echos décrypte les ambitions de Lafayette Conseil

Le journal Les Echos, quotidien spécialisé dans l'actualité économique, financière et boursière et tiré à 123 000 exemplaires par jour, revient sur l'essor de la Pharmacie Lafayette® et de l'Optique Lafayette®. L'article, publié le 23 décembre 2014, a été rédigé par le journaliste Laurent Marcaillou.

La parapharmacie et l'optique discount ont le vent en poupe. Le pharmacien Lionel Masson a fondé son succès sur la vente de produits à bas prix en libre-service dans son officine de la rue Lafayette au centre de Toulouse. Il l'a achetée en 1995, puis il a coinvesti en 2001 dans une parapharmacie voisine. Devant l'afflux de la clientèle, il a ensuite lancé un réseau de pharmaciens soldeurs en créant Lafayette Conseil en 2005 avec Jean-Michel Wurfel. En neuf ans, 70 officines ont signé une convention d'assistance avec Lafayette Conseil. La société leur donne accès à sa centrale de référencement de médicaments en vente libre, de produits de dermo-cosmétique et de compléments alimentaires à des prix préférentiels via 200 accords-cadres avec des laboratoires.
 
Leur chiffre d'affaires se partage en trois tiers entre les médicaments remboursés, l'automédication et la parapharmacie (cosmétiques, dentifrices, alicaments…). « Alors qu'une pharmacie classique réalise un chiffre d'affaires moyen de 1,6 million d'euros hors taxes par an à 80 % avec les médicaments, les pharmacies Lafayette atteignent 6 millions d'euros, à 33 % avec les médicaments », affirme Hervé Jouves, président de Lafayette Conseil. Les pharmaciens paient à la société une redevance sur leur chiffre d'affaires de 20.000 euros par an en moyenne, sans droit d'entrée.
 

Ouverture à Paris en 2015

Lafayette Conseil veut étendre son réseau de 70 à 100 pharmacies à la fin 2015 et jusqu'à 200 à la fin 2018 en s'implantant dans l'Est, l'Ouest et l'Ile-de-France. Il est surtout présent dans le Sud-Ouest et le Nord. Une officine ouvrira début 2015 au centre de Paris. La baisse du chiffre d'affaires des pharmacies depuis deux ans rend l'enseigne attractive. « Avec la crise, 20 % des Français renoncent à des soins, martèle Hervé Jouves. Les officines s'interrogent et cherchent un modèle plus adapté, l'Etat veut économiser un milliard d'euros dans la pharmacie en 2015. » Lafayette Conseil a aussi lancé en septembre un site Internet non marchand de préparation des ordonnances et des produits à retirer sur place, qui propose des tests d'articles de parapharmacie.

L'enseigne s'est diversifiée en 2009 dans les magasins d'optique à bas prix. A partir de ses deux boutiques toulousaines, elle a formé un réseau de 21 magasins indépendants, qu'elle veut porter à 40 à la fin 2015 et à 100 à la fin 2018. Ce sont souvent des pharmaciens qui ont investi dans cette deuxième activité. Les opticiens ont accès à 300 marques de lunettes et à celle du réseau en payant une redevance de 12.000 à 15.000 euros par an. Alors que le marché de l'optique est saturé, Optique Lafayette mise sur des prix de lunettes « 30 % à 40 % plus bas que chez les opticiens traditionnels » pour s'imposer.

 

Consultez l’article complet du journal Les Echos ici.